Preloader Image
1Cyclope sexy song
2Paparazzi sur mes paradoxes
3Mi-clos, les yeux
4Interpol
5Moutons, bon chienchien et poisson rouge
6Sirenes
7Anthropophages
8Barbara
9Trash crash
10Ellipses
11Candide
12Fiel ritournelle

Bamboula Apache

Lyrics

CYCLOPE SEXY SONG
 
faire comme si
de rien
n’était
alors
que tout
y est
c’est
comme
mâcher
du chewing-gum
alors
que dans la bouche
dort
un 357
magnum
 
:
 
quand la fêlure
s’invite
à la table du
myocarde
c’est en
myope
que le
cyclope
lâche
son
escouade
pharaonique
 
ainsi
entrer
 dans la danse
 dans la danse
 des
 incidences
des indécences
de décembre
in
 love
;;;
PAPARAZZI SUR MES PARADOXES
 
comme un paparazzi
sur mes
paradoxes
je m’fais la razzia
en polaroïd
 
marcher sur une fleur avec une larme à l’oeil
puis faire un beau bouquet avec un sourire niais
manger des palourdes comme si c’était des chips
haïr les coquillages à l’heure d’les
vomir
faire des papouilles à un papou
hésiter à faire la bise à sa voisine
vouloir faire l’ours au fond d’une grotte
puis s’retrouver à s’dandiner
comme un con
à la grande motte
 
comme un paparazzi
sur mes
paradoxes
je m’fais la razzia
en polaroïd
 
partir pour aller chercher des nicorettes
puis finir au bistrot avec un gros mégôt
faire un p’tit pans’ment à la boîte de Pandorre
puis mettre un peu d’acide sur des chairs déjà vives
se prom’ner par ci par là
du Paraguay aux antipodes
et puis chanter de jolies odes à sa casa
avoir une tonne de projets excitants
et trouver son hamac plus nananananananana
 
comme un paparazzi
sur mes
paradoxes
je m’fais la razzia
en polaroïd
 
pas rasé d’un mois qu’on dirait Ayatollah
puis je pose mon missel pour être imberbe comme une saut’relle
sous les sunlights je m’évapore
et puis l’oubli me semble une petite mort
alors j’courre à travers champs
du maïs plein len dents
mais c’est immobile en pyjama fleuri
que j’fais un sort
à mes corn flakes...
MI-CLOS, LES YEUX
 
marcher les yeux mi-clos
c’est beaucoup plus rapide
un gain  de temps précieux
pour l’hallali du laid
 
marcher les yeux mi-clos
c’est déjà mi-chemin
que le vilain paraisse
je l’éclipse aussitôt
 
marcher les yeux mi-clos
n’espérer voir que du beau
rêver binaire cerveau
haro sur le zéro
 
même si c’est un déni
de réel
je relève le défi
je me fais
mon
zorro
 
marcher les yeux mi-clos
pour rester
peace § love
 
marcher les yeux mi-clos
ça vous donne l’air idiot
un truc de carte vermeille
en hiver sans soleil
 
marcher les yeux mi-clos
ça vous donne l’air croco
mais quand j’alarme je cille
et hop! fin du pas bô
 
même si c’est un déni
de réel
je relève le défi
je me fais
mon
zorro
 
marcher les yeux mi-clos
pour rester
peace § love
 
marcher les yeux mi-clos c’est beaucoup plus rapide
un gain  de temps précieux pour l’hallali du laid
 
marcher les yeux mi-clos c’est déjà mi-chemin
que le vilain paraisse je l’éclipse
aussitôt
INTERPOL
 
sur Interpol j’ai rencontré quelques idoles
faux monneyeurs à Tombouctou à Ouagadougou
braqueurs de banque à Honfleur
avec un pistolet à colle
 
qu’ils vivent heureux sous les tropiques
avec un maximum de fric
 
sur Interpol j’ai rencontré quelques idoles
un vieux baba qui voulait faire d’sa terre natale
un cliquetis d’sabots en bois
pour faire la nique
à Reebok à Puma
 
qu’il vive heureux sous les tropiques
avec un maximum de biques
 
mais nulle trace de ma pomme
sur Interpol
j’aurais pourtant tell’ment aimé
être mon idole
mais ça suffit pô
keski fout Sarko :
j’avais pourtant lavé mon permis de conduire avec du Mir
et ma carte grise je savais plus où j’l’avais mise
quand au contrôle technique
évidemment y’avait un hic
et les pneus lisses en sus
me valurent juste une belle
prune
 
aî aï aï
j’aurais pourtant tell’ment aimé
faire un poker à Ouagadougou
avec le braqueur l’faux monneyeur le baba
j’les aurai plumé tous les trois
 
 
sur Interpol j’ai rencontré quelques idoles
un suicidaire qui se loupe millionnaire cramant ses millions
battant Gainsbourg à plate couture
lui qui n’brûla qu’un seul bifton
Dany Ocean et ses comparses
vidant des coffres à Las Vegas
au casino Bellacio
Bellacio
 
qu’ils vivent heureux sous les tropiques
avec la joie du fuck the fisc
 
mais nulle trace...
 
MOUTONS, BON CHIEN CHIEN et POISSON ROUGE
 
préambule:
le poisson rouge a un petit cerveau
c’est un fait observable
et la part attribué à la mémoire
n’excède pas (euh...)
le tour de bocal
 
 
ôh quelle surprise un hameçon
pendu dans les gogues
d’un idéal standart
 
ôh quelle surprise se dit le poisson
la gueule comme une passoire
comme l’envers d’un hérisson
 
le poisson rouge est un bon chien-chien
pour les Mao-Tsé-Tung
même young
il n’a pas vraiment d’idées
ni saugrenues ni saumonées
 
ôh quelle surprise un potiron
avec quelques oignons
dans l’eau qui frémit
 
ôh quelle surprise se dit le poisson
on me déshabille
moins d’écailles
quelle délicate attention
 
le poisson rouge est une bonne bouillabaisse
pour les Mao-Tsé-Tung
new-âge
il n’a pas vraiment d’idées
ni saugrenues ni saumonées
 
RED FISH LIKE MY DARK SIDE
 
ôh quelle surprise un hameçon
pendu dans les gogues
d’un idéal standart
 
le poisson rouge est un bon chien-chien
pour les Mao-Tsé-Tung
même young
il n’a pas vraiment
d’idées
ni
saugrenues
ni
saumonées
 
RED FISH LIKE MY DARK SIDE
 
je n’aime pas les sirènes de la police
 elles me font flic (ahahah)
elles devraient faire houba-houba
ou bien même tcha-tcha-tcha
ou bien chanter la cucaracha
en do dièse en si bémol
comme l’ours collargol
 
envoyez nous la cucaracha
ou les sirènes
à trois tons
qu’on croise dans les campagnes
envoyez nous les cornes
de brume
des bateaux
ou les clarines des moutons
qu’on croise dans les alpages
envoyez nous
un peu d’humour
 
je n’aime pas les sirènes de la police
elles me font flic (ahahah)
on n’avait rien à se dire
on aurait du s’en tenir là
mais voilà qu’un fait divers
avec de véridiques gangsters
me propulse dans la rue
avec une pancarte
la morale est douteuse pour le moins
 
faut dire qu’ils en ont
troué des peaux
avec leurs gun
qui crachent pas des chamallow
faut dire que tout ça manque d’humour
 
hey mister cop
did you buy your moral
in a duty free shop (ahahah)
hey m’sieur le policeman
j’voudrais pas te faire de mal
mais les certitudes
et bien des fois elles nous font aÏ
 
quand à vos sirènes
elles font
gnagnagna
et pourquoi pas
un remix dada
de la
cucaracha
 
envoyez nous la cucaracha
...
ANTHROPOPHAGES
 
tous les chemins
vacillent
comme
vacille
l’air
dans la grande
chaleur
d’Août
lorsque l’on n’est plus sûr
de ce que l’oeil regarde
le réel
un
mirage
?
 
alors alors
j’en appelle aux anthropophages
pour qu’ils me fassent
le ménage
 
tous les chemins vacillent
comme vacille l’air
dans la grande
chaleur d’Août
lorsque l’on n’est plus sûr
de là où dort l’azur
est ce
chimères
ou
mausolés
?
 
alors alors j’en appelle aux anthropophages
pour qu’ils me fassent le ménage
 
petits
petits
petits
venez mes bons amis
et festoyez sans crainte des représailles
de toutes mes lagunes
des interstices liquides
comme des
solides
lacunes
chantez vos onomatopées
et tout en sussurant
n’oubliez pas
de plonger votre paille et tenez vous
hardi
en sirotant
le magma
synaptique
le fourbi
neuronal
prenez emportez tout et gardez vos courbettes
car si vous ne m’aviez pas gobé le langage
je vous dirai dans tous les palabres
qu’un jour je sus
le merci que l’on doit
au plus parfait
silence
 
tous les chemins vacillent
comme vacille l’air
dans la grande chaleur d’Août
lorsque l’on n’est plus sûr
de ce que l’oeil regarde
le réel un mirage
 
alors alors
j’en appelle aux anthropophages
pour qu’ils me fassent
le ménage
BARBARA
 
innoculer penthotal sérum
savoir
sinusoïde
of love
suis je high
suis je down
bist du a good shoot
or
bist du a bad trip
à certains signes
qui ne trompent pas
pour Barbara
nul besoin du F.B.I.
car
j’embrasse l’embarras
j’émigre aux émirats
j’ai l’éloquence de l’emmenthal
quand je te vois
ôh Barbara
j’ai l’émoi de guingois
le panache aux abois
l’émancipation qui s’émaille
quand je te vois ôh Barbara
 
bar-ba-ra babebabebarbarah
 
innoculer penthotal sérum
savoir sinusoïde of love
suis je high suis je down
bist du a good shoot
or
bist du a bad trip
à certains signes
 qui ne trompent pas
pour Barbara
nul besoin du F.B.I.
 
vu que tu me rends nigaud
total sans voix global aphone
j’colle un beau timbre
sur quelques vers quelques proses
d’un poème de Prévert
qu’il te dédia
et qui commence comme ça
oh Barbara
il pleuvait
sur Brest
ce jour là
quelle
connerie
la guerre
 
(euh non ça va pas ça
bar-ba-ra babebabebarbarah)
 
innoculer penthotal sérum savoir sinusoïde of love
 
TRASH CRASH
 
c’est comme des
trash crash
cauchemars
de solitaires
nightmare
en balade
 
roulant sur l’autostrade
dans un flash décorum
j’envoie mon tas d' limaille
dans un arboretum

las de virevoltes
je choisis l’exotisme
et dans un baobab
je m’immole je me crashe
en chantant
banzaï
 
alleluia bye bye
voici la fin du monde
interprêté
mais de l’autre côté
j’vois des glaïeuls des chrysanthèmes
et des roses en plastoc
my god
que c’est moche
oh my god que c’est
moche
 
c’est comme des trash crash cauchemars
de solitaires nightmare en balade
 
du haut d’un télésiège
je lève le garde-fou
voici qu’en l’occurence
il ne garde rien du tout
et me voici Birdy
les ailes déployées
me voici l’homme torche
et le surfer d’argent
en quête de néant
 
alleluïa bye bye
voici la fin du monde interprêté
mais de l’autre côté
j’vois des glaïeuls des chrysanthèmes
et des roses en plastoc
my god que c’est moche
oh my god
que c’est
moche
 ELLIPSES
 
vous me voyez
épris
de
panique
quand
devant moi
furtive
vous tracez
vos
ellipses
 
est-ce
une rumba
un
tcha tcha tcha
ce que vous me faites

?
 
S
une
invitation
noctambule
pour qu’ensemble
on
ondule?
est-ce une invitation noctambule
pour qu’ensemble on ondule
sous
la
bulle
?
 
you make me feel
you make me right
please don’t stop it before
day has come
 
à bouchées doubles j’obtempère
devant de si belles
manières
est-ce un tango un mérengué
ce que vous me faites lé ?
est-ce une java
une polka
ce que vous
me faites là ?
 
S
...
?
j’interprète le signe
d’un battement de cil
j’interroge l’intuition
mais parfois elle est
con
mais c’est dans l’or du nombre
dans son référendum
qu’encore on met à mort
comme dans un
péplum
 
mais faut dire que la meute
manie manicchéen
et palabre le bien
donc silence pas
d’émeutes
fustigeant l’innocence
aboyant la douceur
dans ce leurre de
bonheur
trop de ronces
trop de rance
 
c’est toujours guillotine
pour l’idiot
pour Candide
s’ensuie un vide
ki’a mauvaise
 mine
 
comme déjà en survie
la bête anthropophage
n’accepte en son sillage
que des clones
ravis
sorcière devant miroir
Blanche Neige au pilori
et les nains au placard
trop pêtards trop
petits
 
au diapason des corrompus
votre pays de Cocagne
je n’en veux
plus
 
et jusqu’à quel Viagra
pour chaque manque de vigeuer
et jusqu’à quel blah-blah
pour calmer chaque douleur
et jusqu’à quels mensonges
cacher les crocs du loup
jusqu’à quelle clé des songes
obligeons nous
les
fous
 
c’est toujours guillotine
pour l’idiot
pour Candide
s’ensuie un vide
ki’a mauvaise
 mine
 
en procession les faibles
ça s’roule comme une
quenelle
“c’est humain c’est cruel”
profiteur
d’ritournelle
et pour finir Normand
un frustré ça s’malxe
à la Gérard Majax
ça montre plus les
dents
 
au diapason des corrompus
votre pays de Cocagne
je n’en veux plus
 
j’interprète le signe d’un battement de cil
j’interroge l’intuition et je m’y fie : allons...
FIEL RITOURNELLE
 
à toujours vomir
fiel
pour ne pas se
vomir
à toujours haïr
l’autre
pour ne pas se
haïr
à ne jamais
en
découdre
avec
l’idée
reçue
à ne jamais se
fighter
avec les
clichés
 
:
 
frustré de ne connaître
que le gazon
 anglais
quel manque entre nos cuisses
des carresses
d’herbe
folle
 
alors alors
je m’laisse
tomber
du
canapé
je m’fais
virer
par
l’immobilité
 
à toujours vomir
 fiel
pour ne pas se vomir
à toujours haïr
l’autre
pour ne pas se haïr
...